On se souvient que la majorité n’avait pas voulu prêter attention à la question que je posais concernant le dépôt de déchets de voirie en zone verte à la rue de la Haie, la Bourgmestre Xavier Dupont prétextant qu’on allait quand même pas parler des nids de poule en Conseil communal, balayant ainsi d’un revers de main une question pourtant fondamentale. Aujourd’hui, la police de l’environnement s’en mêle et somme la Commune de respecter, non seulement la loi, mais aussi et surtout la planète !

On lit dès lors dans la presse que l’échevin des travaux, Monsieur Dumortier, oscille entre le « on a toujours fait comme ça » et le « la Région wallonne se contredit », et poursuit avec « j’ai déjà mis beaucoup d’ordre dans la gestion des déchets », allant jusqu’à dire que cette zone était une véritable « forêt vierge ». Une forêt vierge, pour une zone verte, ce n’est pas si mal, et toujours mieux qu’un dépôt nécessitant un permis d’environnement que Monsieur Dumortier n’a pas et n’obtiendra jamais sur une zone verte. C’est d’ailleurs probablement pour cette raison qu’aucune demande n’a été faite...

A nouveau, il y a lieu, pour Monsieur Dumortier, de s’exprimer très vite afin de lui éviter de mentir trop longtemps !

Durant les années où j’assumais la responsabilité de l’Echevinat des travaux, nous avions effectivement nettoyé divers endroits de la Commune, et notamment le dépôt communal, véritable dépotoir à ciel ouvert. Lorsque le débat a eu lieu sur les espaces qu’il convenait à réhabiliter, j’ai ardemment défendu l’idée de faire de la zone verte à la rue de la Haie une priorité. Cette problématique était donc bien connue de tous.

En ce qui concerne les 22 routes refaites durant les 6 années de mon échevinat, pas un gramme de déchet n’a été traité de façon illégale. Les cahiers des charges imposaient systématiquement l’enlèvement des déchets et leur traitement de façon conforme à la loi. Cela présente un coût, c’est vrai, mais c’est le coût qu’il convient d’assumer si nous voulons léguer à nos enfants une planète plus propre, manifestement une considération dont Monsieur Dumortier s’encombre peu. Le « on a toujours fait comme ça » sonne donc mal, mais mentir est sans douter une façon de faire de la politique qu’on enseigne à l’Institut Emile Vandervelde du Parti socialiste.

A l’heure où la Commune impose aux citoyens le choix onéreux et contraignant du tri des déchets dans les containeurs, elle se permet de gérer ses propres déchets à l’ancienne. « Faites ce que je dis et pas ce que je fais » reste trop souvent la norme des autorités publiques. Cela doit changer.

L’étonnement feint de Monsieur Dumortier quant à son dépôt sans permis d’environnement est une chose, mais quid de l’infraction urbanistique ? Les modifications des niveaux de sol et la construction d’une voie pénétrante ont été réalisées sans permis d’urbanisme, alors qu’un permis a été demandé pour une chose aussi anodine que l’élargissement du portail d’entrée. Là aussi Monsieur Dumortier va-t-il feindre l’ignorance ? Quand on pense aux citoyens qu’on ennuie pour un abri de jardin…

In fine, savoir si peu de choses et assumer les responsabilités d’échevin des travaux, c’est grave ! On pourrait parler de faute politique de la part du PS de désigner à de telles responsabilités des personnes à ce point incompétente ! Bien entendu, point question d’un manque de compétence car c’est sciemment que le PS se fout, au nez et à la barbe d’Ecolo, des règles les plus élémentaires en matière d’aménagement du territoire ou de protection de l’environnement. En outre, il se permet de mouiller les services de la commune, faute impardonnable car c’est seul qu’un mandataire doit assumer son mandat !