En campagne électorale et lors de l’accord de majorité de 2012, j’avais dit que l’immobilier serait un enjeu majeur et une source de conflits, de manipulations et d’hypocrisie puisque la majorité avait décidé de s’allier avec un promoteur particulièrement vorace. Pouvait-on imaginer un discours différent entre les projets du promoteur-conseiller communal ou d’autres promoteurs ? Dans la médiocratie, l’intérêt général est rarement le fil conducteur…

La question se pose aujourd’hui avec le projet de Restaumont, ou toute l’hypocrisie est dévoilée. Voici quelques clefs pour ne pas se laisser piéger dans la manipulation politicienne.

Perte de toute crédibilité d’ECOLO en matière d’immobilier !

Lors de la réunion d’information sur le projet de Restaumont, ECOLO s’est offusqué du fait que la notion d’éco-quartier serait dénaturée dans ce projet trop dense. Ils ont ajouté que notre village devait le rester. En voilà de bonnes paroles ! Regrettable que ce vœux pieu arrive seulement aujourd’hui et ne soit pas de rigueur pour d’autres dossiers. ECOLO a largement contribué à détruire notre village. Ils nous ont aujourd’hui offerts des poules mais ils veulent aussi nous mettre dans des cages à poules ! Ils préféreront que les immeubles donnent dans les jardins mais en aucun cas n’ait de vue sur la réserve domaniale. En matière d’urbanisme, l’humain passe au second plan pour ECOLO. Un petit rappel s’impose…

C’est le Ministre ECOLO Henry qui a donné le permis pour l’Eco-quartier du Boulevard de la Sennette. Au départ 55 logements mais, heureusement, une intervention de dernière minute pour protéger des intérêts purement individuels permettra que deux lots soient supprimés : le premier pour le building central et le second pour la parcelle près de la piscine, là où un parking était tant souhaité par l’Echevine de l’époque, Cécile Saint Ghislain, riveraine du projet. Le permis sera délivré par le Ministre ECOLO Henry pour 37 logements, ce qui est déjà assez dense. Aujourd’hui, la Commune négocierait le fameux parking tant souhaité par l’ex-Echevine Saint Ghislain, près de la rue de Mayeurmont. La seule carotte pour obtenir un parking est sans doute de marquer son accord pour l’immeuble à appartements au centre du projet !!! Cela se fera-t-il ? Donnera-t-on cette information aux futurs acquéreurs des nouvelles maisons qui sont en train de se construire ? Mon petit doigt me dit que non… Pauvres nouveaux acquéreurs, ils auront peut-être un mirador pour voisin alors que la photo actuellement affichée sur le site est un bel espace vert…

Mais surtout, que dire de la densité probablement supérieure à celle prévue à Nocarcentre ? Pourtant ce permis serait actuellement en négociation avec la Commune et son Echevine Ecolo. L’Eco-quartier ici ne semble plus être dénaturé par sa densité… Que du contraire !

 La solution pour défendre notre Commune au Boulevard de la Sennette aurait été de demander l’annulation de ce permis (je l’ai demandé au Conseil communal en son temps) mais ECOLO au pouvoir ne pouvait discréditer son Ministre. Ecaussinnes est passé après l’intérêt supérieur de ce parti…

Ainsi, quand une décision doit être prise par un Ministre d’une autre couleur politique, le cas de la SAR de Restaumont, la notion d’ECO-quartier peu dense est importante. Tandis que, lorsqu’il s’agit d’une décision du Collège pilotée par des Echevines successives ECOLO et un Ministre ECOLO, le cas du Boulevard de la Sennette, ou lorsque le partenaire politique promoteur est demandeur, là, plus de problème de densité ou d’urbanisme… Depuis 2012, ECOLO s’est complétement discrédité en matière d’urbanisme...

Ce n’est pas tout….

Avant les élections, plusieurs membres ECOLO se sont opposés farouchement au projet de la rue du Daim, allant jusqu’à porter plainte à la tutelle et à introduire des réclamations dont celle de Mme Saint Ghislain qui réclamait, ni plus ni moins, la suppression de « l’aberration urbanistique ». Quelques mois après l’accord politique avec le promoteur de ce projet, c’est elle qui signera le permis déclarant que le bâtiment s’intègre parfaitement dans le quartier….Tout est possible en politique, souvent le pire. On peut d’ailleurs se demander si ce n’est pas cette réclamation qui provoquera sa démission. L’avenir nous le dira…

Mais ce n’est toujours pas tout….

C’est le Ministre Henry qui donnera le permis pour l’immeuble de 26 appartements à la rue Cuvelier contre l’avis de la commune, de la CCATM et même contre l’avis de la Commission des recours de la Région wallonne. Le dossier était sur le bureau du Ministre fin janvier 2012 mais nous étions déjà en période électorale. La section ECOLO d’Ecaussinnes voulait aussi faire campagne sur la préservation de notre village… Le Ministre a donc tenu sa décision en suspens pour permettre aux Ecolos Ecaussinnois de faire campagne en surfant sur la vague porteuse. Après les élections et un accord conclu avec le promoteur du projet, il fallait aussi attendre un peu pour ne pas que les Ecaussinnois comprennent trop vite que la délivrance de ce permis faisait partie de l’accord de majorité avec le promoteur concerné. Finalement, le Ministre HENRY (ECOLO) attendra août 2013 pour statuer. J’ai déposé un point au Conseil pour demander l’annulation de ce permis. Les éléments juridiques étaient nombreux mais contester une décision d’un Ministre Ecolo facilitant l’accord de majorité fut impossible. Certains élus pousseront la perversité jusqu’à clamer qu’on ne pouvait rien y faire….mais la majorité traitera néanmoins une demande de modification de ce permis afin de court-circuiter certains arguments relevés par des riverains devant le Conseil d’Etat et espérer l’échec de leur procédure... Nos élus locaux écriront dans ce cadre que le bâtiment s’intègre parfaitement et se justifie pleinement alors qu’ils disaient le contraire quelques mois plus tôt…

D’autres projets sont à l’étude et certains ont déjà reçus des avis de principe favorables de cette majorité. Je peux donc vous dire que la cage à poules a encore de beaux jours avec nos élus locaux malgré leurs propos…

Aujourd’hui, tous se lèvent contre le projet de Restaumont. A mourir de rire !! Le dossier nous a été présenté en enquête publique, certes, mais pour en arriver là aujourd’hui, il a été lancé depuis de nombreux mois, soit avant même les élections régionales. Il y a forcément eu des rencontres, des avis informels. Un privé n’engagerait pas tant de frais d’étude sans cela. Qui était à la manœuvre au début de ce dossier ? Il est certain que le Collège actuel a de manière informelle donné son aval. Le promoteur aurait-il, de sa propre initiative, implanté des sentiers dans son projet et réduire ainsi sa marge bénéficiaire ? Poser la question, c’est y répondre…

MR, ou le double discours d’un parti devenu l’appendice du PS…

Quant au MR (anciennement RL), on se souvient en campagne électorale qu’il défendait des constructions d’immeubles sans aucune retenue pour faire face au défi de la croissance démographique à laquelle était confrontée la Wallonie. On aurait presque pu croire que Monsieur Palemans voulait qu’Ecaussinnes prenne sur son territoire toute la croissance démographique wallonne… Aujourd’hui, il écrit à ceux qui veulent le lire au sujet de la SAR de Restaumont que le libéraux s’y sont opposés au prétexte cette fois qu’Ecaussinnes devait rester un village « semi »-rural. Le « semi » a toute son importance car toutes les brides sont lâchées évidemment lorsqu’il s’agit d’un projet de son promoteur chéri conseiller communal… Une chance donc que ce projet ne soit pas un projet de Monsieur Sirault… In fine, et cela vaut pour tous les groupes de la majorité, il est très facile de s’opposer en façade à un tel projet lorsque la décision devra être prise par un Ministre d’une couleur politique différente.

Accord PS – MR : une politique socialiste à Ecaussinnes contre tout ce que veut le conseiller communal promoteur. 

Il faut comprendre le dessous des cartes pour appréhender la manipulation. L’argument pour les socialistes, en ce qui concerne la SAR de Restaumont, est de dire que c’est le méchant Ministre CDH qui est aux commandes. Il ne faut cependant pas oublier que ce sont ces mêmes socialistes qui trouvent que le bâtiment de la rue Cuvelier est en parfaite intégration avec son contexte bâti. Il en est de même pour l’immeuble de la rue du Daim ou subitement, comme par enchantement, l’immeuble maintenant s’intègre parfaitement dans le quartier. Ils ont tous, très vite, oublié leurs nombreux écrits d’opposants pour permettre la signature d’un accord avec le promoteur et ainsi arriver au POUVOIR. Heureusement les écrits restent…

Les socialistes veulent aussi faire du logement social sans limite, même dans une Eglise. Il ne faut pas oublier non plus le PCA (Plan communal d’aménagement du territoire) en cours d’analyse qui prévoit le développement d’une nouvelle zone de logements sociaux à la rue de l’Espinette. Ce projet, s’il devait se concrétiser, viendrait définitivement dénaturer cette zone située à quelques dizaines de mètres du château fort….Merci aux socialistes, Ecolos et même libéraux dont l’unique valeur consiste à troquer une politique socialiste contre tout ce que veut son promoteur immobilier conseiller communal. On parle ici de 4 hectares, soit une surface encore plus grande que celle dont question à Restaumont. 4 hectares de logements sociaux, soit un nouveau gouffre financier que les contribuables devront, une fois encore, combler. Moi, je dis non à l’inscription de ce projet dans le PCA, et ce, contre l’option prise par la majorité actuelle. Il y a bien d’autres façons de faire des politiques sociales du logement…

L’enquête publique sera bientôt lancée à ce sujet. Mobilisez-vous pour préserver notre commune. La multiplication de logements de masse la rendra invivable !

Je savais que l’immobilier serait un enjeu majeur mais je n’imaginais pas à quel point les élus locaux serait prêts aux pires compromissions et manipulations pour servir leurs desseins.

Ecaussinnes doit, grâce à votre motivation à tous, tenter de sauver ce qui peut encore l’être.

De mon côté, j’ai introduit une réclamation contre le projet de Restaumont en mettant l’accent sur le problème karstique qui pourrait être une entrave. J’ai aussi introduit une réclamation dans le cadre de l’enquête publique concernant l’immeuble à la rue Perniaux.

J’ai voulu prendre du recul pour vous donner une information complète car bien d’autres projets imbuvables sont à l’étude et risquent d’être avalisés par la majorité actuelle.

Le combat du groupe ACE restera le même, aucune alliance ne nous obligera à renoncer à notre réelle volonté de préservation de notre cadre de vie à tous. La manipulation politicienne et l’hypocrisie généralisée ne passera pas par l’Action Citoyenne Ecaussinnoise !  

Nous ne sommes évidemment pas opposés aux projets immobiliers mais ceux-ci doivent s’intégrer parfaitement aux quartiers existants. Sans cela, le bien vivre ensemble est en péril car la mauvaise intégration des bâtiments, c’est aussi la mauvaise intégration de ses futurs habitants !

Nous restons à votre disposition et vous invitons d’ailleurs à notre souper de ce vendredi 19 juin 2015, dès 18 heures, à la palette verte, rue Jean Jaures, pour poursuivre cette discussion.